Indonésie

  • Matériaux : Fibres de Bambou + Bois
  • Intérêt aujourd’hui ? : Avoir des exemples de morphologies architecturales s’adaptant au climat à pouvoir adapter.
  • Pays : INDONESIE
  • Île : Bali / Java
  • Climat : Équatorial région tropicale
  • Température moyenne : 26°C à 32°C
  • Géologie – Environnement : Volcanique / Végétation diversifiée / Sols fertiles
  • Notes : même ensoleillement toute l’année / peu de variations de température / 2 saisons : sèche et humide / Variations principales en fonction de l’altitude 

Notes

En Indonésie nombreux sont les exemples d’espaces surélevés, notamment dans les « Rumah Adat » Balinaises (maisons vernaculaires traditionnelles) et dans le « Pendopo » à Java. Nous les avons différenciés en deux caractéristiques : les espaces sur pilotis conservant l’espace vide entre le sol et le plancher et les espaces étant surélevés du sol dont l’ensemble de la construction repose sur un socle plein.  A noter qu’il existe des exemples de constructions reposant sur pilotis positionnés sur un socle.

Dans tous les cas  il s’agit de répondre à des contraintes liées aux conditions climatiques et d’environnement. Mais dans ces observations peut-être pouvons-nous souligner l’observation suivante : le choix de la solution constructive dépend à la fois de la destination, de la localisation et des moyens financiers. Les pilotis en bois sont employés comme une solution moins onéreuse, ayant le moins possible de contact avec le sol et donc mise en place lorsqu’il s’agit de répondre en priorité à ces questions d’ordre pratique pour des constructions utilitaires et d’habitat ou en milieu rural. Lorsqu’il est fait appel à la surélévation par un socle, nous avons observé que c’est généralement pour un édifice d’ordre spirituelle comme l’édification d’un temple ou d’un espace sacré au sein d’un lieu d’habitation. Le socle est également d’avantage employé pour répondre au besoin de hiérarchisation des espaces dans les milieux plus aisés ( exemple du palais d’Ubud ). La raison est qu’il permet l’ornementation des sous-bassements tout en demandant l’emploi de plus de matières comme la pierre, augmentant ainsi les coûts.

Le Pendopo À Java, Ou Pavillon Dans D’autres Cultures Est Une Structure En Poteaux-Poutres Soutenant Un Toit En Pente Permettant De S’abriter Du Soleil Et De La Pluie. Ayant Une Destination Programmatique Cérémoniale, Ces  Formes Traditionnelles Sont Reprises En Architecture comme   À L’époque Coloniale. 

La surélévation de ces espaces parfois clos mais toujours couverts en Indonésie répond à plusieurs nécessités climatiques et environnementales où l’une ou l’autre solution peut répondre à ces critères :

  • pour des questions d’hygiène : les poussières et détritus ne viennent pas salir cet endroit
  • pour des questions de confort thermique : les vents s’infiltrent ainsi à la fois sur les côtés de ces espaces couverts et par le dessous lorsqu’ils sont sur pilotis: gardant ainsi des espaces sains : couverts mais ventilés naturellement.
  • pour se protéger de certains animaux (type serpents)
  • pour pallier aux contraintes de la construction sur un terrain complexe (sableux, en pente, humide voir sur l’eau etc… )
  • pour éviter les remontées capillaires, l’apparition d’humidité et de moisissures
  • pour être à l’abri de la potentielle montée des eaux dans les pays de mousson

Ils répondent également à des nécessites spirituelles et d’usages :

  • une délimitation des espaces : l’espace publique de l’espace privé
  • une hiérarchisation des espaces : l’espace spirituel de l’espace matériel. Nombreux sont les espaces en Asie délimités par ce principe de hiérarchisation non pas par le cloisonnement mais par la surélévation des espaces.
  • pour un choix purement esthétique

Ce procédé se retrouve dans de nombreux pays, par exemple au Japon où les maisons traditionnelles sont surélevées du sol pour diverses raisons. La question de la surélévation des espaces en réponse aux conditions climatiques, spirituelles, de ventilation naturelle et d’assainissement sera approfondie au fil de notre voyage en fonction des exemples rencontrés.

Pour la petite histoire

Au cours de notre voyage à Bali et à Java, nous avons constaté que ce soit  dans les campagnes, sur les flancs des volcans, dans les villes ou encore en bord de mer : la surélévation des constructions est employée partout.  La preuve que malgré la diversité des cultures en Indonésie on retrouve des  modes de vie similaires mais également la preuve que le climat est relativement homogène sur l’ensemble de ce territoire permettant le partage de solutions d’une île à l’autre pour vivre en harmonie avec son environnement.

Espaces surélevés sur pilotis

Espaces dont l’ensemble du socle est surélevé

Pour aller plus loin

Deux excellents articles sur cette thématiques. J’attire particulièrement votre attention sur le premier posté qui approfondi la question de l’habitat traditionnel Balinais et son organisation spatiale.

Pour une adaptation contemporaine de ces principes il faudra être attentifs à plusieurs inconvénients :

  • son manque d’inertie ( capacité à emmagasiner puis à restituer la chaleur de manière diffuse ) qui est habituellement facilité par l’isolation de la dalle au sol.
  • l’absence de plain-pied qui demande de bien réfléchir à l’étape de la conception aux questions des normes PMR ( personnes à mobilités réduites ) en terme d’accessibilité et l’obligation potentielle à la pose de rambardes.
Translate »