Bali - Indonésie

  • Matériaux : Rondins de Bambou
  • Intérêt aujourd’hui ? : Avoir des exemples d’emploi de traitement d’un matériau peu onéreux.
  • Pays : INDONESIE
  • Île : Bali 
  • Climat : Équatorial région tropicale
  • Température moyenne : 26°C 
  • Géologie – Environnement : Volcanique / Végétation diversifiée / Sols fertiles
  • Notes : même ensoleillement toute l’année / peu de variations de température / 2 saisons : sèche et humide / Variations principales en fonction de l’altitude 

Notes

La forêt de bambou est située à proximité du village. C’est une des raison qui a motivé  son implantation à cet endroit sur l’île. Une proximité avec la ressource naturelle facilite la culture de ce graminée dans le but de son exploitation en matière première puis de son exploitation à des fins personnelles et commerciales.

PROCESSUS

Après la sélection de la tige en fonction principalement de son diamètre, elle est abattue avant qu’il ne lui soit ôté toutes les feuilles sur sa partie exploitable. Feuilles qui seront brûlées par la suite afin de nettoyer le terrain mais également pour le fertiliser. Les tiges sont acheminées vers l’espace de manufacture à une centaine de mètres de là. Le travail s’organise à la chaîne et chacun se voit attribuer un poste et une tâche précise afin d’augmenter le rendement.

Une fois les bambous déchargés du camion, ils sont coupés à l’aide d’une scie, en sections d’une trentaine de centimètres. Cette régularité permet la production de tuiles de même longueur. A noter que les bambous n’ont pas tous le même diamètre : cela à pour conséquence des tuiles plus ou moins larges et à la courbure plus ou moins importante : elles n’auront donc pas le même positionnement lors de la composition des toitures. Ce matériaux est naturellement courbé de par l’aspect tubulaire du bambou.

Les tuiles sont obtenues à partir d’une découpe à la machette : les gestes sont précis et répétés section après section. Le procédé est le suivant : on commence par fendre le bambou dans le sens de sa fibre afin d’obtenir la bonne largeur de tuile. Elles sont ensuite sectionnées sur l’extrémité pour obtenir une forme en trapèze en bout de tuile puis elle sont rabotées et pour finir une encoche est réalisée au dessous afin de permettre leur accrochage à la structure en toiture. Pour finir, elles sont empaquetées en lots afin d’être transportées vers leur prochaine destination.

C’est une production collégiale et une activité exercée uniquement par les hommes du village quant aux femmes elles s’occupent d’entretenir la forêt.  Un des principal avantage du bambou est la pousse en rhizomes, c’est repousse à partir des racines de la plante possible même après une coupe complète. De conserver la racine souterraine permet à la fois l’expansion de la forêt et la régénération du bambou dans la zone proche du village, assurant aux villageois un apport constant de la matière première…

D’autres exemples de tuiles en bambou sont observables en Asie  faisant appel à d’autres techniques de découpes et de rendus esthétiques. Ces autres exemples sont dues à la présence du bambou dans d’autres régions d’Asie. Ces différences sont dues à la diversité des espèces et de nature du bambou, à des questions de conditions climatiques, de cultures et de résultats souhaités par les populations locales.

Pour la petite histoire

Proche de la ville de Bangli, dans le centre de l’île de Bali se trouve Penglipuran ( cf Journal de Bord ). Un des derniers villages conservés comme exemple traditionnel Balinais d’organisation de l’espace. En plus de pouvoir observer les techniques employées dans les Rumah Ada, nous avons eu la chance d’aller rencontrer des artisans et des cultivateurs qui travaillent le bambou à proximité du village autant pour la construction que pour la fabrication d’objets du quotidien.

La forêt de bambou + Processus en images de sélection et d’acheminement des bambous

Processus en image de transformation du bambou en tuiles

Tuiles en bambou prêtes à l’exploitation

Translate »