ZOOM PATRIMOINE : Bagan

Java - Indonésie

  • Matériaux : Pierres
  • Intérêt aujourd’hui ? : Travailler des sols parasismiques à l’image de ceux datant de plusieurs siècles.
  • Pays : INDONESIE
  • Île : Java
  • Climat : Équatorial région tropicale
  • Température moyenne : 26°C à 32°C
  • Géologie – Environnement : Volcanique / Végétation diversifiée / Sols fertiles
  • Notes : même ensoleillement toute l’année / peu de variations de température / 2 saisons : sèche et humide / Variations principales en fonction de l’altitude 

Notes

Borobudur est un important site Bouddhiste situé sur l’île de Java à proximité de la ville de Yogyakarta bâti entre le VIIIe et le IXe siècle. Il est redécouvert aux alentours de 1800 c’est à cette époque que commence de longues campagnes de défrichages et de restaurations qui continuent encore aujourd’hui. En 1973, une grande campagne est entamée, financée par l’UNESCO. Ce site est de nos jours un haut lieu de tourisme et de pèlerinage en Indonésie.

La division en trois parties du monument représente les trois étapes de la préparation mentale pour accéder à l’illumination dans la cosmologie bouddhiste, respectivement de manière ascendante : Kāmadhātu (le monde des désirs), Rupadhatu (le monde des formes) et Arupadhatu (le monde sans forme). Borobudur et ses stûpas constituent en réalité un unique grand stûpa. Vu d’en haut, le site a la forme d’un mandala vajrayana représentant à la fois la cosmologie bouddhiste et la nature de l’âme. Sa base est un carré d’approximativement 118 mètres de côtés. Il possède neuf plates-formes, les six premières sont carrées et les trois suivantes sont circulaires. La plate-forme au sommet possède en son centre un grand stûpa entouré de soixante-douze autres petits. Les stûpas sont en forme de cloches et percés de nombreuses ouvertures décoratives. Des statues de Bouddha assis peuvent être observées par les ouvertures.

Pour cet article nous nous sommes intéressés aux sols de cet ensemble. En effet, le motif réalisé par l’assemblage de ces pierres n’a rien d’un simple jeu esthétique. Le choix de sectionner une partie de chacune des pierres afin de les encastrer les unes dans les autres pour constituer le dallage permet d’atténuer l’impact des tremblements de terre sur la construction. Lorsque le sol se met à trembler, une force en frottement se fait sentir, déportant l’édifice de tous les côtés faisant potentiellement d’importants dégâts sur l’ensemble du monument. Grâce à ce système, le maintien d’un tout homogène se fait en plus de sa forme globale, grâce à la résistance de chaque pierre et de l’interaction générée. Ce procédé accompagne la morphologie du site de Borobudur : une construction en paliers épais.

Pour la petite histoire

Nous avons eu la chance de visiter Borobudur et Prambanan durant notre séjour à Yogyakarta ( cf Journal de Bord ) sur l’île de Java. L’Indonésie est composée d’îles volcaniques à forts risques sismiques : l’architecture religieuse qui se doit d’être pérenne a dû être adaptée en fonction de ces conditions parfois extrêmes.

Un Stûpa est censé être un sanctuaire dédié à Bouddha, mais parfois ce ne sont que des symboles de dévotion au bouddhisme. Un temple, doit être la maison d’une divinité et avoir des lieux de culte internes. C’est la complexité et la conception minutieuse de l’édifice qui suggère que Borobudur était un temple. Les pèlerins étaient guidés par un système d’escaliers et de corridors leur permettant d’atteindre la plate-forme la plus haute. Chaque plate-forme représente une étape du chemin vers l’illumination, d’après la cosmologie bouddhiste.

Le site de Borobudur à Java et sa campagne de restauration qui se poursuit

Les sols du temple

Translate »