Yogyakarta - Java - Indonésie

Pour la petite histoire

Yogyakarta est une ville princière, le sultan y règne en tant que gouverneur de la province. C’est la ville de l’art et de la culture javanaise, il y aussi une forte communauté d’étudiants. Nous avons passé 5 jours dans cette ville de « Yogya », comme on la surnomme dans l’île, à visiter le quartier du Kraton, celui de Sosrowijayan en passant par le Park Alun Alun.

Le conseil qu’on vous donne c’est d’utiliser pour vos déplacements des applications comme Go jeek (le Uber local mais en moins cher) ou encore Maps me, une application qui peut s’utiliser sans wifi, pratique donc pour se repérer dans la ville. Mais le mieux reste évidemment de demander son chemin, à Yogya les gens sont très ouverts, et on prend vite ses marques.

Nos impressions

Nous avons visité en premier lieu le Sultan Palace qu’on nomme aussi le Kraton en javanais. Après notre visite un des agents qui travaillait à l’entrée du palais nous a menés à un atelier de batik dans les alentours au sein de petites rues étroites. Le batik fait partie de l’artisanat javanais traditionnel, c’est une technique consistant à travailler les tissus, étoffes y réalisant des impressions de motifs. Ces petits ateliers sont nombreux en ville, et s’avèrent être des attractions touristiques à part entière, on y est invité bien volontiers par les locaux dans l’objectif de partager leur culture et dans l’espoir de trouver des acquéreurs.

On a poursuivi notre route en se dirigeant vers le Water Castle dont le nom javanais est Taman Sari. Sur le chemin, une nouvelle fois un homme du quartier nous arrête pour nous demander si nous cherchions à nous rendre au Taman Sari, et propose de nous y conduire. Puis finalement l’homme plutôt de nature loquace s’est improvisé comme guide et nous a fait une visite expresse mais non exhaustive du quartier. Il nous a montré où il vivait, l’atelier de batik de sa famille, les petites rues connues pour leur street art, la mosquée souterraine, et évidemment le Water Castle.

Vous voulez essayer ?

Après avoir remercié notre guide, nous nous sommes baladés vers le quartier de Sosrowijayan et la grande rue de Malioboro avec ses petits vendeurs ambulants et les dizaines de « warung » (petit stand-restaurant de rue local) entassés sur le trottoir. Nous sommes retournés dans ce quartier les autres jours car nous avions prévu ce soir-làde dîner plus bas dans la ville, au restaurant Mediterranea.Ce restaurant franco-italien à la réputation d’être l’un des meilleurs de la ville , et il a tenu ses promesses, nous n’avons pas été déçu, nous qui avions envie de retrouver le temps d’une soirée la cuisine de chez nous. Sans rentrer dans un commentaire de guide Michelin, nous avons trouvé les produits frais, les plats délicieux, le service et le cadre irréprochables, pour ce qui est de la note elle est un plus élevée que la moyenne en ville, mais le restaurant demeure très abordable. C’est tout pour la touche culinaire !

Un autre soir nous avons eu le plaisir de goûter à la joie du Bekak, une sorte de tchou-tchou javanais pour se rendre et profiter des excentricités du Park Alun Alun. Autour de la place des voitures, certaines en forme de vieilles coccinelles ou d’autres en forme de vieux vans Volkswagen ont été transformées en vélos ornés de guirlandes lumineuses formant des personnages de la pop culture telle que Hello Kitty. Nous avons ensuite sympathisé avec des jeunes étudiants avec qui nous avons échangé à propos de leur culture javanaise prise entre traditions et élan vers la modernité.

Pour résumer, Yogyakarta est une ville traditionnelle, dynamique, avec des habitants très ouverts !

Translate »