Kuala Lumpur, le visage pluriculturel de la Malaisie

Kuala Lumpur - Malaisie

Pour la petite histoire

L‘arrivée en Malaisie ne fût pas sans émotions. En effet après s’être fait à moitié expulser par le chauffeur du bus en provenance de Singapour, une des villes les plus sûres au monde : nous nous sommes retrouvés au bord de la route avec nos gros sacs de voyage sous un soleil de plomb qui nous cognait la tête.

Nous avions une bonne route à faire jusqu’à notre hôtel longeant les grandes voies rapides où la circulation était dense. Arrivés au niveau de « Time Square » ( oui le même nom qu’à New York ), nous sommes passés devant une scène macabre où le corps démembré d’une femme gisait à cheval entre le trottoir et la voie de circulation où les voitures continuaient défilaient, tout juste recouvert d’un draps blancs trop petit pour tout caché, et juste à côté une marre de sang. Certainement un suicide.

Les policiers semblaient plus préoccupés à interroger les éventuels témoins ou suspects, on ne sait pas trop, qu’à s’occuper du corps qui n’était pas protégé d’une zone de sécurité. Les débuts en Malaisie ne nous ont pas aidés à nous sentir tout suite à l’aise…

Conseils

P artir vite de Kuala Lumpur ! Non on rigole mais pour être honnête la ville ne nous a pas transcendés, le quartier de chinatown est sympathique, mais on en fait vite le tours. C’était pas non plus une super saison, il a beaucoup plu, donc peut être que la ville est plus sympa qu’elle n’y paraît, mais nous n’en gardons pas un souvenir extraordinaire. Nous avons profité du mauvais temps pour travailler. Néanmoins si vous y passez nous vous conseillons les grottes de Batu en périphérie de la ville. Nous avons eu la chance d’être pratiquement seuls sur ce site hindou très connu. Cela ne va peut être pas duré. C’est un site religieux, hindouiste au sein d’une immense grotte surplombant une partie de la ville. Un endroit assez magique !

Nos impressions

La Malaisie est  un pays avec un multiculturalisme fort. Une terre de migration qui a été principalement le territoire de l’ethnie malaise c’est ce qui lui a valu son nom. La population comprend également une forte communauté chinoise ainsi que hindous.

Nous avons logés près du quartier de Chinatown où le marché couvert rappelle les souks de certains pays du Maghreb. Abritant des marchands de vêtement de marques dérivés du luxe ( Chanul et autre Nuke ), ne passons pas par quatre chemins, nous parlons ici de contre-façon. L’ambiance est celle d’une fourmilère et c’est à ne pas manquer.

Nous nous sommes également rendu aux très touristiques mais néanmoins impressionnantes tours Petronas de nuit? Elles sont le symbole pour les malais de la croissance du pays et de son développement. La ville est une jungle de béton désordonnée où pousse ici et là de grands buildings. La ville ne nous a pas apparu comme ayant une pensée d’ensemble mais d’avantage un enchaînement de parcelles en construction sans vraie cohérence apparente. Chinatown n’échappant pas à la règle.

La ville est relativement sale et bruyante comme beaucoup de villes mais c’est assez prégnant ici entre les autoroutes à voies passant en centre ville, les ponts permettant de les enjamber, les motos, les marchands ambulants etc..

Ce ne fût pas, comme vous avez pu le comprendre notre grand coup de cœur, il faut bien l’avouer. Vous pourrez facilement aller au bout des points touristiques en peu de temps. Nous sommes restés que quelques jours à Kuala Lumpur car nous avons privilégié la visite des villes de Malacca et Georges town, ce qui laisse pour nous le bénéfice du doute à cette ville que nous n’avons peut être pas rencontrer sous son meilleur jour.

Allez + loin

Translate »